Rafraîchir l'article en front
  • 2
  • 0

Dossier : le Forum International de Karpacz 2023 a tenu ses promesses

Plus d'un an et demi après le début de la guerre en Ukraine auquel s’ajoute le contexte de la campagne pour les élections parlementaires polonaises, la 32e édition du Forum économique proposait du 5 au 7 septembre 2023, d’explorer les « Nouvelles valeurs du Vieux Continent - L'Europe au seuil des changements » avec pour décor, l'hôtel Gołębiewski. Sécurité, guerre en Ukraine, Intelligence Artificielle (IA), santé, énergie, écologie, politique nationale et internationale, développement durable… permettant à Kimberly Kagan - Présidente du War Research Institute (ISW), États-Unis, Siyabulela Mandela – Militant pour la paix et les droits de l'homme, Afrique du Sud, qui poursuit le combat de son grand-père, Nelson Mandela, Catherine Trautmann – coordinatrice européenne du corridor RTE-T mer du Nord-Baltique, Commission européenne, France, et Vadym Boichenko, maire de Marioupol, Ukraine, de s’exprimer. Un dossier de Bénédicte Mezeix et Margot Calisti.
Karpacz Forum Economique

Les personnalités polonaises qui ont fait le déplacement

Côté polonais, beaucoup de figures importantes de la politique ont participé au Forum. Ainsi, on a pu voir des ministres comme M.Piotr Gliński, ministre de la Culture et du Patrimoine national; Mme Anna Moskwa, Ministre du Climat et de l’Environnement ; M.Henryk Kowalczyk, Ministre membre du Conseil des ministres ; M.Waldemar Buda, Ministre du Développement et de la Technologie ; Mme.Marlena Maląg, Ministre de la Famille et de la Politique sociale ; M.Grzegorz Puda, Ministre des Fonds et de la Politique régionale ; Mme.Agnieszka Ścigak, Ministre membre du conseil des ministres ; M. Marek Kuchciński, Ministre, membre du Conseil des ministres ; M.Włodzimierz Tomaszewski, Ministre, membre du Conseil des ministres et M.Robert Telus, Ministre de l'Agriculture et du Développement rural.

Ont aussi fait le déplacement : le général Rajmund Andrzejczak, chef d'état-major général de l'armée polonaise ; Krzysztof Gawkowski, président du club parlementaire de Gauche ; Krzysztof Bosak, coprésident de la Confédération ; ou encore Ryszard Terlecki, vice-président du Sejm de la République de Pologne.

 

Le Forum a également accueilli beaucoup de grands noms étrangers

Parmi eux, des grandes figures de la politique, à l’échelle européenne, comme Mme.Catherine Trautmann, coordinatrice européenne du corridor RTE-T mer du Nord-Baltique, de la Commission européenne, représentant la France, qui a également été ministre de la Culture et de Communication et porte-parole du gouvernement ; ou à l’échelle nationale avec M.Vytautas Mitalas, Vice-président du Seimas de Lituanie ou Mme.Željka Cvijanović, membre de la présidence de Bosnie-Herzégovine.

Des ministres, ou anciens ministres européens étaient présents comme M.Vladimir Bolea, Vice-Premier ministre, Ministre de l'Agriculture et de l'Industrie alimentaire de Moldavie ; Mme.Monika Navickienė - Ministre de la Politique sociale et Travail de Lituanie ; M.Iotzev Alexandr, vice-ministre, ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation de Bulgarie ; Righi Fabio, Ministre, Ministère de l'Industrie, de l'Artisanat et du Commerce, de la Recherche technologique et de la Simplification de la Réglementation de Saint-Marin et M.Mirek Topolanek, ancien Premier ministre de République tchèque République

Enfin, des spécialistes des domaines militaires, des militants pour la paix et des représentants d’associations caritatives ont aussi été conviés. Du côté des spécialistes des domaines militaires ont été vus Mme.Kimberly Kagan, Présidente du War Research Institute (ISW), aux États-Unis et M.Robert Spalding, général américain à la retraite. Quant aux militants et associations, M.Siyabulela Mandela, militant pour la paix et les droits de l'homme en Afrique du Sud et Mme.Angela F. Williams, Présidente-directrice générale, United Way Worldwide aux États-Unis ont fait le déplacement.

 


Ce qu’il fallait retenir de cette 32e édition 

Ukraine : réflexions sur sa reconstruction, l’adhésion à l’UE

Le Forum économique est un espace d’échange et de réflexion, car le monde est en constante évolution, influencé par d’innombrables facteurs : sociaux, économiques ou politiques. La pandémie de Covid-19, puis l’agression de l'Ukraine par la Russie le 24 février 2022, en sont de parfaits exemples : depuis 2020, l’Europe écrit de nouvelles pages de son histoire.

En raison des événements derrière la frontière orientale de la Pologne, une place particulière dans le programme du Forum était consacrée aux événements en Ukraine. « Reconstruction de l'Ukraine » -  c’est le titre de la thématique, a permis, par le biais de panels de discussion d’échanger sur l'avenir de l'Europe dans le contexte de l'agression russe, de revenir sur les partenariats entre la Pologne et l'Ukraine, le financement de la reconstruction de l'économie ukrainienne et l'adhésion de l'Ukraine à l'Union européenne. Synthèse.

 

La Pologne, en tant que pays de la ligne de front, revêt une importance particulière dans ce conflit et s'est montrée solidaire

Comme l'a souligné Cezary Przybylski, maréchal de la voïvodie de Basse-Silésie, les premiers réfugiés venus d'Ukraine n'ont eu aucun mal à trouver un abri, a-t-il déclaré lors du panel : « Nouvelles valeurs du vieux continent - l'Europe au seuil du changement ». Il a par ailleurs souligné que grâce à l'engagement et à la motivation des habitants de Basse-Silésie, les Ukrainiens peuvent désormais vivre et s'intégrer parmi les Polonais. Il a conclu que malgré le soutien affiché des institutions européennes, tout le poids de la migration repose sur les pays frontaliers, plus pauvres que les pays d'Europe de l'Ouest.

 

Mais les Polonais commencent à en avoir assez… dixit l’enquête Omnibus et le Baromètre du marché du travail polonais

Pourtant, l’empathie et la sympathie des Polonais pour les Ukrainiens ne sont  plus aussi fortes… L’une des déclarations d’experts des partenaires du 32e Forum intitulée « L'humeur des Polonais à l'égard des Ukrainiens se dégrade » en témoigne.

Les effets de la guerre prolongée se font sentir dans l'humeur des Polonais. Au cours de l'année écoulée, une personne sur quatre a changé d'attitude à l'égard des Ukrainiens pour devenir plus négative.

L’enquête Omnibus montre que 56 % des Polonais n'ont pas changé d'attitude à l'égard des Ukrainiens au cours de l'année écoulée. Pour 7 % d'entre eux, elle est actuellement plus positive. En revanche, 26 % des personnes interrogées admettent que leur humeur s'est dégradée à l'égard de nos voisins de l'Est. Ce sont les 25-34 ans (33 %), les 18-24 ans et les 35-44 ans (30 % chacun) qui le disent le plus souvent.

Quand on croise ces résultats avec l’enquête « Baromètre du marché du travail polonais » (Barometru Polskiego Rynku Pracy), voici ce qu’on obtient : au début de cette année, 14 % des personnes admettaient avoir une attitude négative à l'égard des Ukrainiens, soit 4 points de pourcentage de plus qu'à la fin de l'année 2022. Actuellement, 17 % des personnes interrogées dans le cadre de l'enquête omnibus admettent avoir une attitude négative à l'égard des Ukrainiens. Une augmentation légère, mais constante du sentiment négatif est donc évidente.

 

Une aide qui pèse sur le moral des Polonais

Lorsqu'on leur demande pourquoi leur attitude à l'égard de leurs voisins de l'Est est actuellement moins bonne, les Polonais répondent que les Ukrainiens exigent beaucoup de l'aide de la Pologne (67 % des indications). Autres points soulevés : l'assistance sociale pour les citoyens ukrainiens traîne en longueur et ils sont trop nombreux en Pologne. De plus ,14 % des personnes interrogées craignent qu’à cause de cette aide, le conflit avec la Russie gagne la Pologne.

 

Quand l’inflation s’en mêle et pèse sur la guerre des nerfs

La situation est exacerbée par le fait que les coûts de la guerre en Ukraine surviennent au moment même où les Polonais sont confrontés à une inflation galopante et à des remboursements d'emprunts de plus en plus élevés. Cette frustration se traduit par une baisse de la volonté d'aider. D'autant plus que l'on ne sait pas quand le conflit prendra fin et donc combien de temps durera la nécessité de soutenir les Ukrainiens.

 

« mais c'est avec les Ukrainiens que nous voulons le plus travailler. »

Les Polonais ne se sentent toujours pas menacés par les Ukrainiens sur le marché du travail. Seuls 16 % d'entre eux indiquent que leurs  voisins de l'Est prennent leurs emplois. Dans le dernier « Baromètre du marché du travail polonais » du Service du personnel, ce chiffre était légèrement supérieur, à 21 % (mars 2023). Ils les apprécient également en tant que collègues de travail, puisque seulement 16 % des personnes interrogées indiquent que les attitudes négatives à l'égard des Ukrainiens sont dues au fait qu'elles n'aiment pas leur approche du travail. 12 % des personnes interrogées indiquent que les Ukrainiens influencent le faible taux de croissance des salaires en Pologne.

 

Oleksiy Arestovych, Président, Fondation pour les initiatives stratégiques - Ukraine, revient sur les questions historiques entre la Pologne et l’Ukraine

La Pologne et l'Ukraine ont une histoire commune et des sujets tels que les massacres de Volhynie devraient être abordés par le biais du dialogue.

Selon M. Arestovych, les victimes de Volhynie devraient être commémorées par des monuments, tant du côté polonais que du côté ukrainien. Les questions politiques actuelles, telles que les importations de céréales en provenance d'Ukraine, devraient également être résolues ouvertement plutôt que par une escalade diplomatique. Selon lui, la Pologne et l'Ukraine partagent une histoire similaire et sont confrontées à des menaces similaires. L'objectif commun est de contenir la Russie. 
 

 

Technologie : faut-il avoir peur de l’intelligence artificielle

Le panel « Algorithme de la Peur ou Peur de l’Algorithme » s’articulait autour des dangers présents et à venir de l’Intelligence Artificielle (IA).

Selon les experts, les dangers sont multiples et peuvent prendre plusieurs formes et avoir différents impacts.

D’abord, Lauri Tankler, qui est responsable de la coordination de la recherche et du développement à l’autorité estonienne chargée de la protection de l’information, a expliqué les démarches et actions du gouvernement en Estonie. D’après lui le gouvernement estonien a récemment beaucoup agi contre la discrimination qui pourrait exister avec la croissance des Intelligences Artificielles. Ainsi, il affirme que dans le cas d’une demande de prêt bancaire, le risque de discrimination est tout aussi fort avec une IA qu’avec un employé de banque. Bien que depuis que les banques utilisent des algorithmes, le taux de discrimination par préjugés personnels a diminué, d’autres formes de discriminations liées à la collecte de données personnelles, sur Internet notamment, pourraient voir le jour. C’est pourquoi, selon lui, des restrictions devraient être prises par l’Union européenne envers les géants du numérique sur la transparence de leur méthode de collecte de données. D’ailleurs, il déclarait à ce sujet :

« Tant qu'il n'y a pas de système pour assurer la transparence, j'ai très peur de mes erreurs passées, parce que lorsqu'un algorithme apprend des choses sur moi, sur le fait que je sois allé au mauvais endroit au mauvais moment, si ces données sont collectées et utilisées, cela crée une peur, non seulement du passé, mais aussi des personnes qui s'attendraient à ce que je leur donne une seconde chance. » Lauri Tankler

 

Quant à Inez Okulska, directrice du département technologie et innovation chez NASK, ce ne sont pas les IA qui sont inquiétantes, mais plutôt ce que les gens vont en faire ainsi que les droits qui leur seront attribués et ce qu’ils essaieront de remplacer par l’IA.

Enfin, pour Attila Menyhárd, juriste spécialisé notamment dans l’Intelligence Artificielle et la loi à l'Université Eotvos Lorand, le principal problème réside dans l’illusion d’une capacité à résoudre tous les problèmes avec l’IA grâce à une surréglementation. 

 

L’énergie nucléaire 

Nicole Holmes, directrice commerciale de GE Hitachi Nuclear Energy, interrogée sur le développement de l'énergie nucléaire en Pologne, a souligné l'importance d'un approvisionnement énergétique sûr et indépendant pour les pays d'Europe de l'Est. En outre, le développement de l'énergie nucléaire contribuera à la croissance économique et à la création d'emplois, et la Pologne est un leader dans l'adoption de petits réacteurs nucléaires, a-t-elle déclaré.

 

Transports, écologie

Andrzej Massel (directeur de l’Institut des chemins de fer) a souligné lors du panel intitulé « Transport idéal - comment créer des moyens de transport confortables, rapides et écologiques », l'importance des transports verts, y compris les trains électriques, qui commenceront à jouer un rôle de plus en plus important.

 

 

La créatrice de mode Joanna Przetakiewicz crée la polémique

Jan Śpiewak et Maja Staśko, deux militants pour la cause écologique, ont réagi sur les réseaux sociaux suite à la venue de Joanna Przetakiewicz, fondatrice de la marque de mode La Mania, en hélicoptère privé alors qu’elle été invitée au Forum pour participer à un panel sur la mode écologique. Cette dernière s’était filmée depuis l’aéroport pour détailler sa participation aux panels sur la mode écologique, mais aussi un sur les jeunes leaders.

L'activiste Jan Spiewak, s'est exprimé sur le sujet via  un post sur Instagram : « symbole de l'hypocrisie climatique de l'élite riche et vaniteuse ».

« Pourrait-il y avoir un meilleur exemple de la façon dont les riches traitent le climat et nous, le public ? La planète comme un dépotoir et nous comme des idiots, bien sûr, qui sont prêts à avaler n'importe quelle de leurs conneries », a ajouté Jan Spiewak

 

Le Forum économique 2023 en chiffres

Nouveau record cette année :
- le 32e Forum économique a réuni près de 5.400 invités venant du monde entier ;
- ce sont plus de 7.000 personnes en tout qui ont assisté et participé à plus de 500  événements : sessions plénières, panels de discussion, débats, présentations de rapports, événements spéciaux, ateliers, points presse, galas et concerts. 

 

Côté organisateurs 

En ce qui concerne l’organisation, la Fondation Institute for Eastern Studies, dans le cadre d'un partenariat avec la voïvodie de Basse-Silésie, la commune et la ville de Karpacz, la ville de Wrocław, l'aéroport de Wrocław ainsi que l'Agence de coopération économique de Basse-Silésie, ont joint leurs forces pour rendre possible le plus grand et plus important événement de ce type en Europe centrale et orientale, souvent comparé au Forum de Davos.

 

 

Le rapport SGH (Szkoła Główna Handlowa w Warszawie) 2023

Pour la 6e fois, les experts de Szkoła Główna Handlowa w Warszawie - SGH ont présenté leurs analyses sur les questions économiques et sociales les plus importantes en Pologne et ainsi qu’en Europe centrale et orientale. Cette année, le rapport SGH a été préparé en coopération avec la Banque européenne d'investissement et ce sont 66 auteurs - professeurs et experts - qui ont travaillé sur sa publication, parmi lesquels : prof. Stanisław Kowalczyk, prof. Jan Komorowski ou Dr Maria Pietrzak. La présentation du rapport s'est déroulée en présence, entre autres : du recteur de l'École d'économie de Varsovie, prof. Piotr Wachowiak, Paweł Borys, président du conseil d'administration de Polski Fundusz Rozwoju S.A., et Grzegorz Rabsztyn, directeur du bureau du Banque européenne d'investissement en Pologne.

 

Les Prix remis en 2023

Mark Brzezinski a été récompensé par la distinction « Personnalité de l’année » 

L’ambassadeur américain en Pologne Mark Brzezinski a été récompensé par la distinction « Personnalité de l’année » du Forum Économique de Karpacz. Il a déclaré dans son discours de remerciement en parlant de ses équipes :

« Leur travail n'a pas été vain. Je suis également honoré d'avoir rejoint des personnalités aussi exceptionnelles que le président Volodymyr Zelensky , l’ancien président Lech Walesa , Aleksander Kwaśniewski et Vaclav Havel » a-t-il déclaré

A l’approche des élections en Pologne, Mark Brzezinski a déclaré : « Les prochaines élections en Pologne sont l'occasion de montrer au monde que la démocratie se porte bien et que, malgré les différences politiques, elle reflète toujours la volonté du peuple à travers des élections libres et équitables. » 

L’ambassadeur a rappelé les 200 ans d’amitié et de front uni entre la Pologne et les États-Unis pour la défense de la liberté, a dit combien il admirait les Polonais pour leur soutien envers les Ukrainiens et a insisté sur une future intégration de l’Ukraine et de la Moldavie dans un système démocratique, fondé sur les mêmes valeurs que celles que partagent la Pologne et les États-Unis. Il a conclu sur cette déclaration qui, aujourd’hui, prend une couleur différente :

« Pour mener à bien ces efforts, les relations de la Pologne avec ses alliés, l'Union européenne et ses partenaires seront essentielles. Il est également important de soutenir l'économie ukrainienne dès maintenant, notamment par de nouvelles actions qui garantiront que les produits agricoles ukrainiens atteignent les marchés mondiaux ». 

Pour rappel, le gouvernement polonais a récemment refusé de lever l’embargo sur les céréales ukrainiennes et veut arrêter de livrer des armes à l’Ukraine.

 

Les soirées des 5, 6 et 7 septembre 2023, ont été consacrées à des concerts, gala et remises de prix. 

Le 5 septembre 2023, lors du gala, les prix du Forum économique de Karpacz dans la catégorie « Personne de l'année » et « Entreprise de l'année » ainsi que le « Prix de l'École d'économie de Varsovie » ont été décernés.

  • Le prix du Forum économique dans la catégorie « Entreprise de l'année » : Bank Gospodarstwa Krajowego.
  • Le lauréat de la catégorie « Prix de l’Ecole d’économie de Varsovie » : Czesław Lang, directeur du Tour de Pologne. 
  • Le lauréat du prix du Forum économique dans la catégorie « Personnalité de l'année » : l'ambassadeur des États-Unis en Pologne, Mark Brzezinski. 

Le 6 septembre au soir, lors du premier gala, les participants du Forum ont eu la chance d’assister au concert de l'Orchestre Philharmonique des Sudètes avec le groupe de musique KOSY et l'Orchestre NUSO Kharkiv dirigé par Vitalij Liashko. Ce soir là, des prix ont également été remis.

  • Dans la catégorie « Prix du maréchal de la voïvodie de Basse-Silésie pour la construction de l'identité régionale de la Basse-Silésie »,  qui est décerné aux Bas-Silésiens qui contribuent au développement d'une identité régionale, la première lauréate est Elżbieta Szumska, propriétaire d'une mine à Złoty Stok. Le second lauréat est Michał Sadowski, propriétaire de la société de surveillance d'Internet Brand24. 
  • Pour le « Prix de l’Organisation Non-Gouvernementale de l’année » : Association de la communauté polonaise - Stowarzyszenie Wspólnota Polska
  • . Aussi, dans la catégorie « Prix du Forum Économique des jeunes leaders » : Dr Paweł Poszytek, directeur général de la Fondation pour le développement du système éducatif.
  • « Prix du Forum Économique Polonia » : TVP Polonia. Le ministre Jan Dziedziczak, plénipotentiaire du gouvernement pour la Pologne et les Polonais de l'étranger, a récupéré le prix.
  • Prix « Entreprise socialement responsable » au maire de la ville de Wrocław, pour « l'engagement social, le respect de l'environnement et l'attention portée à ceux qui constituent la communauté de Wrocław » : BASF Polska, Grupa Selena, BNY Mellon.

 

Les Chambres de Commerce : CCIFP, AHK et Swiss Chamber

 

La Chambre de Commerce et de l’Industrie Franco-Polonaise (CCIFP)

La Chambre de Commerce et de l’Industrie Franco-Polonaise (CCIFP), avec 23 de ses entreprises membres présentes au Forum (sur plus de 400), permet une forte représentation au travers de présentations, en ayant l’un des pavillons les plus prisés du Forum : CAFÉ FRANCE, et en menant une vaste communication auprès des participants et des médias.

La CCIFP a participé et organisé plusieurs conférences, débats et panels. Il était ainsi possible d’assister au débat « L'investissement dans l'économie verte - nécessité, opportunité ou obligation ? » dans lequel ont participé Adam Ponichtera PDG de Data 4, Andrzej Szumowski, Directeur des affaires externes, Vice-président du conseil d’administration de Wyborowa Pernod-Ricard, Giulia Tapella, Directrice générale de l’usine L’Oréal de Varsovie et Piotr Arak, direct de l’Institut économique polonais. 

Quant au panel : « Transition énergétique en Pologne : le rôle des partenariats public-privé, l'évolution du paysage énergétique, les défis et les opportunités pour l'avenir » il a permis à Alicja Chilińska-Zawadzka, présidente de EDF Renewables, Frédéric Faroche, Directeur général du groupe Veolia en Pologne et Jesper Rosenkrans, Directeur général de TotalEnergies Polska, d’échanger.

D’autres thématiques ont été abordées : « Qui paiera, ou comment assurer le financement de projets d'investissement clés en Pologne ? » ;  « Comment la technologie et l'innovation déterminent les tendances de consommation en Pologne - Débat de L'Oréal Poland and Baltic HUB » ou encore « Présentation Schneider Electric - Electricité 4.0 »

Alpejska Noc w Karpaczu : CAFÉ FRANCE pour la CCIFP, SWISS POINT - Pavillon de la Chambre de commerce helvético-polonaise, le Pavillon de la chambre de commerce et d'industrie germano-polonaise (AHK) ont proposé une soirée mettant à l’honneur les Alpes, chaîne de montagnes qui traverse  les trois pays, et synonyme de partage et d’histoire européenne.

 

Le German Lounge de la Chambre de commerce et d'industrie germano-polonaise (AHK Polska)

La Chambre de commerce et d’industrie germano-polonaise (AHK Polska), basée à Varsovie, en tant que plus grande chambre internationale de commerce et d'industrie de Pologne , représente plus de 1 000 entreprises, elle a inauguré cette année son pavillon : « German Lounge » .

Sous le slogan « Common Future », le pavillon a présenté des sujets qui détermineront l’ avenir économique commun avec la Pologne dans les années à venir. 

Les principaux partenaires de la Chambre sont BASF Polska, la Fondation pour la coopération germano-polonaise, Kaufland Polska, Lufthansa, le cabinet d'avocats SDZLEGAL Schindhelm, Volkswagen Poznań.

 

Le Swiss Point de la Swiss Chamber

La Swiss Chamber, Chambre de commerce polono-suisse, fondée en 1998 et située à Varsovie, compte actuellement environ 210 membres, dont la plupart des entreprises suisses opérant en Pologne. Présente pour la première fois, au Forum, a été active tout au long de l’événement, avec notamment son pavillon Swiss Point, permettant aux entreprises helvétiques de promouvoir leur savoir-faire et de renforcer leur réseau.

Swiss Chamber Poland a également participé à des panels, dont celui sur la maintenance du rythme d’investissement suisse en Pologne, ou celui sur l’importance de la qualité des soins de santé pour la réussite économique d'un pays.

Parmi les entreprises présentes, on retrouve Nestlé, Swissmem, ABB ou encore Novartis.

Impossible de faire l’impasse sur le robot préparateur de raclette, que beaucoup rêveraient de posséder : à l’extérieur du pavillon Swiss Point, se trouvait une nouvelle technologie tout aussi gourmande qu’innovante : le roboclette. Imaginé par deux amis, Nicolas Fontaine (inventeur, en charge de la partie commerciale) et Garrett Wollam (qui s'occupe de la programmation des machines), cofondateurs de la société Workshop 4.0. 

Par Bénédicte Mezeix et Margot Calisti 

 

À lire prochainement :

  • Le flanc est de l’OTAN et les perspectives pour un plus grand élargissement 
  • Les peuples de la liberté dans les pays post-communistes durant la tentative de restauration de l’Empire Russe